Togo : nouvelle descente de l’opposition dans les rues, demandant une alternance à la tète de l’Etat.

Enseignement supérieur Une nomination aux relents politiques
7 septembre 2017
CHANGEMENTS CLIMATIQUES LA POLLUTION A NOUVEAU AU CENTRE DES DÉBATS
8 septembre 2017

Togo : nouvelle descente de l’opposition dans les rues, demandant une alternance à la tète de l’Etat.

Ce jeudi 7 septembre, l’opposition Togolaise est à nouveau descendue dans les  rues de Lomé  pour demander le départ du président  Faure Gnassingbé. C’était la deuxième journée consécutive de vaste mouvement qui regroupe plusieurs milliers de participants. Rassemblés en masse à l’appel de l’opposition, ils réclament une alternance politique, après 50 ans de règne de la famille Gnassingbé au Togo.Les manifestants marchent dans le calme, avec sifflets et drapeaux du Togo face aux nombreuses forces de sécurité déployées.  « Nous allons rester dans la rue jusqu’à ce qu’il nous écoute. Nous voulons que Faure rétablisse la Constitution de 1992 et qu’il s’en aille », a affirmé à l’AFP l’un des nombreux manifestants, Jonas Badagbon, 29 ans. « Je connais la même famille depuis que j’ai 14 ans, libérons le Togo pour que ces enfants voient autre chose. Nous sommes fatigués. Trop c’est trop », renchérit une autre manifestante, Agnès, âgée de 64 ans.

 Jean pierre Fabre en tête des manifestants

La protestation est forte et les mots violents, contre le régime du président Faure Gnassingbé, arrivé au pouvoir en 2005 succédant à son père Eyadema Gnassingbé, qui avait passé  une quarantaine d’années au pouvoir.

Le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre défilait à pied au milieu du cortège, encerclé par une chaîne humaine. « Nous n’écoutons pas assez la population. Aujourd’hui nous demandons de l’écouter et d’écouter ses souffrances », a-t-il déclaré durant la marche.

D’autres villes du pays ont pris le relais, l’objectif est visiblement de généraliser la grève à toute l’étendue du territoire du territoire. L’Internet mobile était toujours coupé au Togo. La journée de mobilisation massive dans les rues de Lomé et d’autres villes du pays a regroupé 100 000 manifestants, selon Amnesty International – un million, selon les opposants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *