RDC: Les experts de l’ONU tués en Mars auraient été piégés.

LUTTE CONTRE LE VIH/SIDA OPERATION « TRAITEMENT POUR TOUS »
14 septembre 2017
CABRAL LIBII CANDIDAT A LA PRÉSIDENTIELLE 2018
14 septembre 2017

RDC: Les experts de l’ONU tués en Mars auraient été piégés.

Selon des révélations suite aux enquêtes menées par RFI, Zaida catalan et Micheal sharp auraient été victime d’un guet apens.

Il y a six mois, deux experts de l’ONU disparaissaient au Kasaï Central. Les corps de Michael Sharp et Zaida Catalan ont été retrouvés deux semaines plus tard. Un doigt accusateur est pointé sur les miliciens Kamuina Nsapu dont la justice militaire pense être responsable de ce double meurtre. Des enquêtes de l’ONU corroborent cette version de la justice militaire congolaise. Mais six mois après, RFI publie une enquête exclusive qui remet en doute la version de la justice militaire congolaise, reprise par les enquêteurs onusiens. Selon RFI, les experts de l’ONU auraient été piégés. RFI dit en effet être  entrée en possession d’un enregistrement d’une conversation entre les experts et des membres de la cour royale de Kamuina Nsapu. Une réunion infiltrée par des agents des services de sécurité de l’Etat qui ont induit en erreur les deux experts.

Michael Sharp et Zaida Catalan avaient rendez-vous avec un chef d’une des délégations de la cour Kamuina Nsapu venue négocier un accord avec le gouvernement congolais. Nous sommes à la veille de la mort des deux experts. Ils préparent une mission dans la localité de Bunkonde à deux heures de route de Kananga où, disent-ils, ils espèrent en savoir plus sur des groupes de miliciens « très différents » de ce qu’ils savent des adeptes de Kamuina Nsapu. Des miliciens « mieux armés » notamment.

L’interlocuteur des deux experts ne parle pas français. A plusieurs reprises, il met en garde les deux experts contre l’idée de se rendre à Bunkonde et leur suggère de se rendre plutôt dans le village Kamuina Nsapu, où il pense pouvoir contrôler les miliciens. Mais jamais ces mises en garde en ciluba, la langue locale, ne seront traduites, au contraire. Toutes les garanties de sécurité sont données. Et parmi les personnes qui mentent aux deux experts, RFI a réussi à identifier leur interprète présumé : Betu Tshintela qui va les accompagner, son cousin José Tshibuabua, agent de l’agence nationale des services de renseignement, l’ANR. Et un membre de la famille royale, proche du nouveau chef, Thomas Nkashama qui ment sur son identité et se fait appeler Tom Perriello, du nom de l’ancien envoyé spécial américain. Selon des proches et des témoins, Thomas Nkashama est aujourd’hui agent d’un autre service de sécurité congolais, la DGM.

Officiellement, le gouvernement congolais a dit après la mort des deux experts ne jamais avoir été informé de cette mission. Thomas Nkashama et José Tshibuabua n’ont jamais comparu devant le tribunal de garnison militaire de Kananga. Ils étaient tous deux injoignables ces derniers jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *