Libération des leaders anglophones Le début de la fin de la crise

Éliminatoire Russie 2018 : Programme des lions indomptables en terre Nigériane
31 août 2017
Eliminatoires Russie 2018 : programme complet de la 3ème et 4ème journées des éliminatoires Russie 2018 zone Afrique
1 septembre 2017

Libération des leaders anglophones Le début de la fin de la crise

En ordonnant l’élargissement  de certains leaders de la crise dite Anglophone, le président de la République envisage de mettre un terme à cette situation qui n’a que trop durée.Le texte est tombé  le 30 août dernier au 17 heures du poste national. Le président Paul Biya ordonnait la libération des leaders qui avaient été étiquetés à tort ou à raison comme des têtes  de proues de la situation de  paralysie qui a cours dans les régions du nord et sud ouest. Cet important texte du chef d’Etat arrive à  point nommer à quelques jours de la rentrée scolaire dont certains leaders syndicaux prédisaient  au travers de la toile ne pas se tenir. C’est-à-dire pas de reprise des cours, retour  selon eux à l’école morte qui a conduit aux résultats catastrophiques enregistrés par les élèves établis dans cette zone l’année scolaire passée. Le chef de l’Etat en prenant cet acte, voudrait à coup sûr que l’école reprenne  le 4 septembre prochain dans tout le territoire du Cameroun. Aussi, c’est une revendication formulée par des grévistes qui pour le souci de continuer le dialogue avec les pouvoirs publics voulaient voir leurs « frères » libres comme auparavant. Leur libération, qui intervient alors que des nouvelles menaces pesaient  sur la rentrée des classes prochaine est à en croire certains observateurs le début de la fin de cette crise. Et une assurance que les classes vont reprendre dans un climat apaisé. Des analystes bien futés, trouvent d’ailleurs que le dialogue sera plus fluide entre les deux partis. Cependant d’aucuns affirment qu’après l’acte du chef de l’Etat, d’autres concessions logiques doivent être faites afin d’éviter que les revendications se radicalisent. Le dialogue franc s’impose désormais pour que ces deux régions du Cameroun retrouvent la quiétude qui y a toujours prévalue. Les camerounais dans leur immense majorité salue cette démarche  présidentielle et  caressent l’espoir que la crise anglophone se conjuguera d’ici peu au passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *