Eviction de Tombi A Roko Les incertitudes de la Can 2019

Fécafootgate : La police et la gendarmerie nationale sont les nouveaux agents de sécurité à la tour de Tsinga
24 août 2017
Éliminatoire Russie 2018 : Hugo Broos donne sa liste pour la double confrontation Cameroun-Nigeria
25 août 2017

Eviction de Tombi A Roko Les incertitudes de la Can 2019

En confirmant la sentence du Tas  le 23 août l’instance faîtière mondiale Fifa vient refroidir les ardeurs des autorités camerounaises qui sont de plein pied dans l’organisation de la Can 2019.

Le redoutable Ahmad Ahmad dans sa guerre ouverte avec l’Etat du Cameroun n’a pas encore dit son dernier mot. De jour en jour il sert au Cameroun des surprises à même de le faire renoncer à l’organisation d’une Can que tout le Cameroun attend abrité. Ce président qui montre son inimitié au  Cameroun est dans une logique savamment organisée. Lui seul et ses affidés savent pertinemment où ils entendent arriver avec le Cameroun qui sur le plan du football est un poids lourd. Ce dernier, dans un premier temps  a fait passer la Can de 16 à 24 équipes alors que le Cameroun été déjà lancer d’une organisation à 16 assortie d’un cahier de charges. Ensuite ; il a fait une sortie qui avait révolté tous les camerounais au pays des hommes intègres « le Cameroun n’est pas à mesure à l’état d’organiser la Can 2019 »relevait-il. Toujours dans la même logique, il a mis la pression sur le Cameroun d’envoyer un cabinet d’audit dans le cadre la première visite d’inspection des infrastructures  de la Can qui à désister à la dernière minute. Toute cette agitation des instances dirigeantes de la Caf, avait pour but de déloger le président de la Fécafoot, Tombi A Roko dont le mandat avait une forte dose d’illégalité au regard des textes.Le Cameroun prête le flanc

Un nouveau vent souffle  au sein de la Fifa à la faveur de l’élection de Gianni Infantino. Ce nouveau président au regard du fonctionnement de la Fifa à travers ses démembrements qui sont les Fédérations sur le plan national et les confédérations sur le plan continental, ambitionnait de travailler avec des hommes qu’ils contrôlent. Certains scrutateurs du sport avait prédit à l’avance du départ du camerounais à la Caf. Chose qui s’est confirmée à l’issue de l’élection qui a consacré Ahmad Ahmad comme nouveau dirigeant de la confédération africaine de football. Ce dernier  au travers de son comportement haineux envers le Cameroun depuis qu’il est à la tête de cette institution ne pouvait que se  saisir de  l’opportunité qui lui été offerte par l’équipe dissidente à de la  Fécafoot qui n’avait de cesse de crier sur tous les toits que les textes qui encadrent le processus électoral avaient été foulés au pied. Résultat des courses Tombi A Roko n’avait aucune légitimité encore moins une légalité en témoignent le blocage de certains comptes de la Fécafoot dans certains banques de la place, l’impossibilité de la Fécafoot d’hier d’attaquer la décision de la Caf d’augmenter le nombre d’équipes  devant participer à la Can alors que le Cameroun qui devait abriter cette compétition avait reçu le cahier de charges. Plus grave  les éliminatoires en vue de cette compétition avaient déjà démarré. La Caf au regard de ses agissements, avaient violé ses propres statuts de l’avis de certains hommes de droit. Parce que disent-ils «  la loi n’est pas rétroactive ». De cette posture sus-évoquée la Fécafoot si elle avait été légale aurait attaqué la décision de la Caf au Tas et aurait eu gain de cause regrettent certains analystes sportifs.

La Can 2019

Déjà engagé dans l’organisation de la Can, le Cameroun est sur tous les chantiers en vue d’être prêt à accueillir ce rendez-vous majeur. Après la mise sur pied du Comité local d’organisation de la Can par le président de la République et dans lequel le désormais ex président de Fécafoot occupait le poste de vice président, il faut revoir sa structuration. Beaucoup de choses vont changer dans l’organisation de la Can à travers la mise sur pied d’un organe de gestion provisoire. Le comité de normalisation qu’on attend d’ici quelques jours, vraisemblablement aura un bon moment de mise en condition avant de se mettre non seulement dans la refonte de ces fameux textes mais aussi des préparatifs de la Can.  On ne perdra pas de vue que le mouvement sportif camerounais qui était engagé dans les préparatifs de la Can va devoir se consacré au processus électoral. Ce qui suppose que les chantiers de la Can malgré la bonne volonté des dirigeants vont connaître un ralentissement certain qui peut  amener le Cameroun à ne pas tenir les délais prescrits pour livrer les infrastructures qui abriteront la Can. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *